Projet D2SOU

Les sols et sous-sols comme critères de durabilité des opérations d'aménagement : développement durable et sols urbains

Le projet D²SOU fait parti du pôle de compétitivité Advancity regroupant les acteurs de l’aménagement, de l’habitat et du transport et qui vise à améliorer la qualité de vie dans les villes. Il est financé par l’Agence Nationale de le Recherche dans son programme “Ville Durable 2009”. Ce projet s’inscrit dans deux thèmes que sont la maintenance et la gestion patrimoniale des infrastructures ainsi que la connaissance et réduction des vulnérabilités urbaines.

Les systèmes urbains se construisent et se développent à partir d’un milieu naturel : paysage, sols et sous-sol. Ce dernier constitue à la fois une ressource et une contrainte. Les interactions entre ville et milieu naturel prennent donc une dimension sociale, environnementale et économique très importante. C’est dans ce contexte que la gouvernance des systèmes urbains sous-estime voire ignore cette problématique. Dans la plupart des cas il a été constaté un déficit de cohérence globale où seules les approches sectorielles sont privilégiées. Le projet D²SOU entend développer les bases nécessaires à une prise en compte intégrée du sol et du sous-sol dans le développement urbain, en associant des responsables urbains aux travaux scientifiques. L’objectif principal de ce projet étant la création d’outils à destination des aménageurs, des décideurs et des porteurs de projets pour aider la prise en compte globale et cohérente des différents aspects liés au sol et au sous-sol. Afin d’y parvenir, il s’agit pour D²SOU d’identifier des indicateurs (utiles pour l’aide à la concertation sur les projets), des critères d’évaluation de ces indicateurs, et de voir comment ces indicateurs peuvent être alimentés par des mesures et informations d’origines diverses. La prise en compte de différentes échelles spatiales et temporelles est essentielle. D’un point de vue scientifique, une méthodologie afin de recueillir et combiner les informations issues à la fois de la géophysique et de la géotechnique est développée ainsi qu’un formalise pour les outils d’aide à la décision multicritère.
La méthode INTEGRAAL (REE3DS-UVSQ) est implémentée au sein du projet D²SOU afin de promouvoir la prise en compte des sols/sous-sols dans les projets d’aménagement et amener les acteurs dans un processus de concertation. Cette méthode identifie cinq étapes consécutives (Identifier, Structurer, Représenter, Evaluer et Communiquer) d’un processus récursif d’évaluation qui vise à rendre plus lisible la diversité des enjeux et des points de vue :

  1. «Identifier», consiste à identifier les acteurs, les scénarios et les enjeux qui sont soit « spécifiques », liés à la nature du projet, soit «localisés», liés au site et à son environnement (dont ceux des sols/sous-sol)
  2. «Structurer» va permettre de poser les bonnes questions. Un outil spécifique est développé pour accéder :
    • à une base de données présentant les thématiques sol/sous-sol impactant les projets,
    • à une base de données présentant les moyens d’investigation du sol/sous-sol et d’«Evaluer» la «valeur de l’information» qu’ils apportent.
  3. «Représenter», permet de relier les données techniques des sols/sous-sols aux enjeux du projet en élaborant un système d’indicateurs pertinents

Ce projet de recherche est coordonné par le BRGM. Il regroupe des ingénieurs des géosciences (BRGM, GEOCARTA, I2M – Bordeaux 1), des sciences économiques de l'environnement (REEDS - département de recherche en économie, écologie, et développement soutenable de l'Université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines), des architectes/urbanistes (Club D2C) et un organisme de recherche (Fondaterra, Fondation européenne pour des territoires durables).


Implémentation de la méthode INTEGRAAL au sein du projet D2SOU


Interview dans le cadre du projet